La loi française réglemente les parcs animaliers

En France, la détention d’animaux dans les parcs zoologiques est régie par l’arrêté du 25 mars 2004. Il fixe les règles générales de fonctionnement et les caractéristiques générales des installations des établissements zoologiques à caractère fixe et permanent, présentant au public des spécimens vivants de la faune locale ou étrangère et relevant de la rubrique 21-40 de la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement (transcription de la Directive Zoo).

  • L’administration compétente reconnaît 300 zoos dotés d’une autorisation en France. Cependant, une autre source fiable affirme qu’il y a un total de 943 zoos en France. Les inconsistances au niveau de l’identification d’un zoo et l’octroi d’une autorisation, et l’interprétation de la loi semblent être les problèmes principaux.
  • L’application et le respect de la directive et de l’arrêté semblent varier entre les préfectures.
  • Seulement 17 % du nombre total d’espèces observées dans les 25 zoos sélectionnés sont inscrites dans la catégorie « espèce menacée » (vulnérable : 8 % ; en danger d’extinction : 6 % ; en danger critique d’extinction : 3 %), ce qui fait preuve d’un engagement bien faible en faveur de la conservation des espèces  menacées d’extinction.
  • Sur 6 714 espèces vertébrées classées dans la catégorie « espèce menacée » par l’UICN dans la liste rouge, seulement 193 espèces (soit 3 %) étaient gardées dans les zoos français sélectionnés.
  • Globalement, seulement 14 % du  nombre d’espèces observées dans les 25 zoos sélectionnés semblaient être intégrées dans les programmes européens d’élevage des espèces en danger d’extinction ou les registres européens d’élevage.
  • Moins de la moitié des 25 zoos concernés (11 zoos) semblaient avoir contribué (financièrement ou par un autre moyen) aux programmes de conservation in situ. Cinq des 25 zoos semblaient participer à des activités internes de recherche.
  • Les zoos français ne sensibilisent globalement pas le public de façon adéquate sur la conservation de la biodiversité. De plus, neuf zoos parmi les 25 ont organisé des spectacles avec des animaux dont la majorité ne fournissaient pas d’informations sur la conservation des espèces.
  • Il semble que seules des mesures minimales aient été prises pour empêcher l’échappée des animaux non-natifs dans l’environnement local.
  • En moyenne, un zoo sur cinq mettait le public en danger de blessure ou d’exposition aux maladies.
  • En moyenne, un quart des enclos n’étaient pas suffisamment complexes du point de vue environnemental.
  • Trois des 25 zoos évalués dans le cadre de l’enquête ne semblaient pas se conformer intégralement aux objectifs de conservation de l’arrêté du 25 mars 2004.

Pour en savoir plus : http://www.zoo-de-france.com